Quand j'ai commencé les premiers losanges destinés à mes étoiles de mer, j'avais prévu de les bâtir sur mes gabarits, ainsi que je procède pour les hexagones et parfois même pour des carrés.

Si vous ne connaissez pas bien cette méthode anglaise ou english paper piecing, je vous invite à la découvrir en vidéo sur le site de de Quiltmania.

étoiles_60°_montage_1

Hélas, le résultat n'était pas très satisfaisant : le tissu n'est pas bien plaqué sur les côtés et "baille". On peut toujours piquer à travers le gabarit, mais ça fait mal aux doigts...

Voilà pourquoi j'ai tenté le petit pot de colle :

IMGP8293

Chacune des deux méthodes a ses avantages et ses inconvénients.

Pour préparer ses pièces, coller est largement plus rapide : je prépare environ trois losanges dans le même temps qu’il me faudrait pour en bâtir un.

Ce qu'on gagne en rapidité, on le perd en mobilité : pour coller proprement – il faut avoir la main légère – mieux vaut être installée devant une table, alors qu’on peut bâtir ses gabarits à l’aiguille sur la plage ou dans la salle d’attente du dentiste…

En ce qui concerne l'assemblage, la couture au point de surjet est un peu plus délicate quand les gabarits sont collés. 

Lorsque les gabarits sont bâtis, ils se retirent simplement en glissant la pointe des ciseaux dans le petit trou prévu à cet effet. Quand ils sont collés, c’est plus compliqué ! Sauf peut-être avec les gabarits en rhodoïd souple que l'on achète dans les magasins de patchwork.

La solution: un petit pschitt d’eau sur les marges de couture et le tissu se décolle comme par magie. 

Evidemment, l’eau déforme un peu les gabarits. Mais de toute façon, pour assembler les étoiles entre elles je suis obligée de les plier : comme vous pouvez le constater ils ne sont donc pas réutilisables !

étoiles_gabarits

Ce n’est pas très grave car je les fabrique moi-même en papier Canson, en profitant des petits prix de la rentrée des classes. Je vous montrerai un de ces jours...

Bonne journée et à bientôt,

Muriel