Si vous vous intéressez au monde du patchwork, vous n'avez pas pu passer à côté de ce beau projet collaboratif : un quilt collectif pour rendre hommage à des oubliés de l’Histoire.

Entre les mois de janvier 1940 et août 1941, les nazis allemands tuèrent 70273 personnes de tous âges déclarées physiquement, mentalement ou émotionnellement handicapées. Des docteurs évaluaient les dossiers médicaux et prenaient la décision de vie ou de mort de chacun. Trois docteurs étudiaient chaque dossier médical et quand deux de ces trois médecins marquaient une croix rouge sur la fiche, le patient était exécuté.

20160929_projet70273_1


En février 2016, Jeanne Hewell-Chambers lança le projet 70273; son but est de récolter 70273 blocs de quilt du monde entier pour commémorer chacune de ces personnes assassinées d’une manière aussi rude et désintéressée, tout en souhaitant éveiller l’intérêt de la population d’aujourd’hui envers les personnes nécessitant des besoins particuliers.

20160929_projet70273_2

 

Vous trouverez de plus amples précisions en français chez Katell et chez Cécile, ainsi que sur le groupe Facebook francophone dédié à ce projet.

La question du handicap est au cœur de ma vie – et de mon activité professionnelle – depuis toujours, je souhaitais donc apporter ma petite pierre à l’édifice.

20160929_projet70273_3

J’ai également entraîné mes copains et copines de club dans l’aventure, je vous montrerai leur contribution très bientôt.

Ci-dessous, le premier quilt assemblé par Jeanne Hewell-Chambers :

70273_jeannehewellchambers

Ainsi que vous pouvez le constater, broderie, galons et dentelles sont aussi les bienvenus… Alors quelle que soit votre expression créatrice de prédilection, n’hésitez pas à vous lancer dans ce magnifique projet !

Mais gare aux excès d'enthousiasme...

Pour que Jeanne puisse insérer vos blocs dans ses quilts, consultez les instructions précises chez Katell:

https://quilteuseforever.wordpress.com/2016/09/05/faire-des-blocs-adequats-pour-le-projet-70273/

Voilà, je crois vous avoir tout dit. Je retourne à mes petites chutes...

A bientôt,

Muriel